La motricité fine chez les enfants, qu’est-ce-que c’est exactement, comment la stimuler ?

Lorsque l’on parle de  développement moteur des bébés, on s’intéresse forcément à la question de la motricité fine. Cette notion recouvre la capacité d’un enfant à effectuer des gestes précis. Saisir un objet et le manipuler comme porter une cuillère à sa bouche par exemple, ces mouvements nécessitent une coordination très fine de muscles des doigts, des mains et des poignets. Voici quelques explications sur ce qu'est la motricité fine et comment l'accompagner et la stimuler chez votre enfant

nathan-dumlao-mqh4pPz6VrU-unsplash

Motricité fine, chacun son rythme

shirota-yuri-p0hDztR46cw-unsplash

L’acquisition de la motricité fine peut varier d’un enfant à l’autre. Elle dépend en effet de deux facteurs : 

  • L’équipement neurobiologique de l’enfant : maturation cérébrale et capacités perceptives et cognitives (capacité à percevoir, prêter attention, mémoriser, raisonner, produire des mouvements, s’exprimer).

  • L’environnement et les stimulations reçues par l’enfant dans son environnement

Comparer les capacités de motricité fine d’un enfant avec d’autres n’a donc aucune signification réelle. Par contre, l’ordre dans lequel se succèdent les différentes étapes est immuable.
L’acquisition de la motricité fine est régie par une loi neurologique dite « loi proximo-distale ». En termes simples
, le contrôle du geste commence par le centre du corps pour s’étendre ensuite à sa périphérie. L’enfant va donc d’abord contrôler son épaule avant sa main puis, ensuite, ses doigts. Même principe pour la hanche que l’enfant contrôlera avant le pied.

Nous avons évoqué plus haut « l’équipement neurobiologique de l’enfant", il est certain que parmi ses capacités de perception, la vison est sans doute la plus déterminante. C’est elle qui lui permet d’identifier un objet et d’initier un geste vers celui-ci.

ryan-fields-Xz7MMD5tZwA-unsplash

Les différentes étapes de la motricité fine

  • 0 à 3 mois : A cet âge, l’on parle de motricité réflexe. Le nourrisson ne contrôle pas sa motricité. Quand il agrippe votre doigt, c’est un pur réflexe.
  • A partir de 3 mois : le réflexe de s’agripper s’efface au profit du réflexe de contact. Progressivement, la capacité de préhension (saisir, attraper) devient volontaire.
  • Parallèlement à ces évolutions, l’enfant apprend à utiliser ses deux mains. Au début, il n’en utilise qu’une seule. Puis vers 5 mois environ, il est capable de passer un objet d’une main à l’autre. A partir de 6 mois environ, il utilise les deux.
  • A partir du moment où l’enfant maîtrise la préhension, il est en mesure de lâcher un objet de façon volontaire.
  • Le processus de latéralité se consolide entre 4 à 5 ans. C’est le moment où l’enfant utilise de préférence une main plutôt que l’autre et qu’il devient « gaucher » ou « droitier » 

Comment aider un enfant à développer sa motricité fine ?

Puzzle_enfant_tyrrell_katz_12_pieces_sirenes

A la maison, comme à la maternelle, des activités telles que le découpage, le coloriage, la peinture, les jeux de construction, les jeux et exercices avec les mains (guerre des pouces par exemple) stimulent la motricité fine de l’enfant.
Pensez aux 
puzzles pour touts petits avec des pièces de grandes dimensions (on trouve des puzzles à partir de deux piècesdouze piècesvingt-quatre pièces, etc.) pour aider à développer la motricité fine. 
 Une idée de jeu simple à mettre en œuvre : le collier de nouilles ! Donnez à l’enfant du fil et des nouilles (les macaronis se prêtent bien à cet exercice), et le tour est joué.

Primordial durant cet apprentissage qui requiert beaucoup d’attention et d’effort pour l’enfant : encouragez le quand il hésite ou échoue et félicitez-le dès qu’il réussit un geste ou une action. Ses signes positifs le pousseront à continuer ses efforts et à persévérer.

Quelle différence entre motricité fine et motricité globale ?

La motricité globale se rapporte à l’ensemble du corps : les muscles, la colonne vertébrale, les jambes, les bras, etc.. Marcher, courir, grimper, sauter, se tenir en équilibre requièrent une bonne motricité globale. 
 
La motricité fine, elle, concerne tout ce qui se rapporte à l’habilité et à la dextérité d’un enfant. Elle rentre en action pour accomplir des taches telles que découper avec une paire de ciseaux, lacer ses chaussures, emboîter des pièces ou encore écrire.

daiga-ellaby-ldOzKqZa6wg-unsplash

Qu’en est-il des troubles de la motricité fine ?

Chaque enfant va développer ses capacités de motricité à son propre rythme. Mais si vous constatez des retards dans la maîtrise de certains gestes, une maladresse récurrente ou encore des difficultés d’apprentissage de la lecture ou de l’écriture, consultez votre médecin ou votre pédiatre.

 

Pour aller plus loin au sujet du développement de l’enfant

Crédits photos :

Nathan Dumlao, Shirota YuriRyan Fields, Daiga Ellaby, Unsplash, Crocodile Creek

Partager sur les réseaux sociaux

Poster un commentaire

error check_circle
error check_circle
error check_circle
error check_circle

Boutique propulsée par Wizishop

Je n'ai pas de compte,
je m'inscris

error check_circle
error check_circle remove_red_eye
error check_circle remove_red_eye

J'ai déjà un compte,